Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /kunden/483505_50739/webseiten/products/718-boxster/wp-content/plugins/qtranslate-x/qtranslate_frontend.php on line 507
La saga
La saga

Porsche 718 : une légende sportive à moteur central

Architecture à moteur central, construction allégée, design et quatre-cylindres puissants et efficaces. Tel était le concept des légendaires Porsche Spyder d’appellation 550 et 718. Conçues pour les courses sur circuit, sur route et de côte, ces voitures de course furent alignées aussi bien par l’équipe d’usine Porsche que par de nombreux clients à partir de 1953 et jusqu’au milieu des années soixante.

D’innombrables conducteurs privés et pilotes d’exception, parmi lesquels Wolfgang Graf Berghe von Trips, Hans Herrmann, Graham Hill, Ricardo Rodriguez ou Joakim Bonnier, ont remporté plus de 1 000 victoires en compétition au volant de ces Porsche agiles et rapides. Elles changèrent considérablement la donne sur les pistes de course car, en dépit de leurs petits moteurs à quatre cylindres à plat, elles parvenaient régulièrement à s’imposer face à la concurrence, pourtant supérieure en termes de puissance pure.

L’histoire des Spyder est celle d’une maturation en plusieurs étapes, comme souvent chez Porsche. Première voiture de compétition pure en provenance de Zuffenhausen, le modèle 550 produit en 89 exemplaires à partir de 1953 inaugure une série d’évolutions dans le domaine des voitures de course à moteur central. Il fut suivi en 1956 par la 550 A Spyder (40 unités), dotée d’un châssis tubulaire et d’un groupe motopropulseur plus puissant. C’est au volant d’une 550 A que l’Italien Umberto Maglioli fit sensation en 1956 en remportant la Targa Florio, la course sur route la plus exigeante à l’époque. Avec ses quatre arbres à cames en tête, le moteur « Fuhrmann » est aujourd’hui presque aussi légendaire que la voiture elle-même.

La 718 RSK remporte des succès internationaux et gagne le Championnat du monde des constructeurs

La 718 RSK (34 exemplaires) a pris la succession de la 550 A en 1957. L’appellation RSK reflétait des préoccupations sportives et techniques. Alors que les lettres RS symbolisaient le sport automobile (Rennsport en allemand), la lettre K rappelait la barre de torsion avant de conception nouvelle, en forme de K allongé sur le dos. Cette 718 fut améliorée à tout point de vue par rapport à son prédécesseur. Un cadre en tubes d’acier sans soudures garantissait une rigidité élevée pour une légèreté maximale. Le moteur, le châssis et les freins à tambour furent également à nouveau optimisés.

La 718 RSK remporta des victoires dans le monde entier : au Mans, au Nürburgring, en Argentine, à Riverside en Californie et dans de nombreuses courses de côte. En Formule 2 également, la 550 A Spyder comme la 718 RSK ont prouvé l’énorme potentiel de ces réalisations Porsche. En version monoposte, la 718/2 décrocha même le Championnat du monde des constructeurs de Formule 2 en 1960.

La 718 RS 60, référence absolue de sa catégorie

Lorsqu’un nouveau règlement de la FIA exigea une plus grande proximité avec la série, Porsche répliqua par la 718 RS 60 (19 exemplaires) pour la saison 1960. Ce modèle s’imposa rapidement comme la référence dans la catégorie des moteurs 1,6 l. À son palmarès figurent des premières places au classement général à la Targa Florio, aux 12 Heures de Sebring et au Championnat d’Europe de la montagne en 1960 et 1961. La 718 RS 61 Spyder (13 exemplaires) entra en piste en octobre 1960. Elle fut pilotée avant tout par des pilotes privés. Son principal atout technologique résidait dans le nouvel essieu arrière à bras triangulaires.

Une version coupé de la 718 RS 61 fut conçue spécialement pour exploiter tout le potentiel de la 718 Spyder aux 24 Heures du Mans. Encore équipée d’un moteur quatre cylindres en 1961, la 718 GTR hérita d’un moteur à huit cylindres de deux litres ainsi que de freins à disque pour la saison 1962. Alignée en course de 1961 à 1964, la 718 W-RS Spyder embarquait également ces deux types de moteur. Surnommée affectueusement « grand-mère » par les mécaniciens en raison de sa longue carrière, cette pièce unique remporta le Championnat d’Europe de la montagne en 1963 et 1964, illustrant une fois de plus le potentiel de l’architecture à moteur central de Porsche.